FAITES UN DON MAINTENANT
Saint Luc raconte dans son Évangile que l'ange Gabriel a été envoyé par Dieu à Nazareth (cf. Lc 1,26), auprès d'une vierge nommée Marie, pour lui annoncer qu'elle serait la mère du Messie, le Sauveur, que tous les Juifs attendaient.

Le Nazareth de la Vierge Marie

Il y a environ deux mille ans, Nazareth était un village inconnu de presque tous les habitants de la planète. À cette époque, la Rome impériale resplendissait de splendeur. Il y avait de nombreuses villes prospères sur les rives de la Méditerranée. L'agitation des marchands et des marins a inondé de nombreuses rues et places des villes portuaires ou des emporiums commerciaux. Nazareth, par contre, était une poignée de pauvre des maisons situées sur des promontoires rocheux en Basse-Galilée. Même dans sa propre région, elle n'avait pas une grande importance.

La ville de Sepphoris, où se concentrait la majeure partie de l'activité commerciale de la région, était à un peu plus de deux heures de marche. C'était une ville prospère, avec de riches bâtiments et un certain niveau culturel. Ses habitants parlaient le grec et entretenaient de bonnes relations avec le monde intellectuel gréco-latin. Nazareth, en revanche, abritait quelques familles juives, qui parlaient l'araméen.

La plupart des habitants se consacraient à l'agriculture et à l'élevage, mais il y avait aussi un artisan comme José, qui, avec son ingéniosité et ses efforts, rendait un bon service à ses concitoyens en effectuant des travaux de menuiserie et de forge.

La maison de la Vierge Marie

La maison de Maria était modeste, comme celle de ses voisins. Elle avait deux pièces. La pièce intérieure était une grotte qui servait de grenier et de garde-manger. Trois murs en adobe ou en maçonnerie fixés à la roche devant cette pièce intérieure soutenaient une charpente de branches, de bois et de feuilles qui servait de toit, et formait la pièce extérieure de la maison. La lumière est entrée par la porte. Ils y disposaient de quelques outils de travail et de peu de meubles. Une grande partie de la vie familiale se déroulait à l'extérieur, à la porte de la maison, peut-être à l'ombre d'une vigne qui permettait de tempérer la chaleur de l'été.

Presque tous ses voisins avaient une maison similaire. Des fouilles archéologiques ont mis en lumière certaines parties de l'ancienne Nazareth. Les maisons profitaient des nombreuses grottes du terrain pour y construire une cave, un silo ou une citerne sans trop de modifications. Le sol était un peu aplati devant la grotte, et cette enceinte était fermée par des murs élémentaires. Il est possible que les familles aient utilisé le sol de cette pièce pour dormir.

Pozo de la Virgen Maria 1

Le puits de Marie est le site où l'ange Gabriel est apparu à la Vierge Marie et lui a annoncé qu'elle donnerait naissance au Fils de Dieu. Elle est située dans l'actuelle ville de Nazareth, dans le nord d'Israël.

Prières du matin

La journée a commencé par le lever du soleil. Quelques prière simple, comme le Shema, et le travail difficile a commencé immédiatement. Le Shema est une prière, tirée de la Bible, qui commence en hébreu par ce mot et se présente comme suit : "Shema Israël (Écoute, Israël), le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Gardez dans votre cœur ces mots que je vous dis aujourd'hui. Inculquez-les à vos enfants et parlez-leur, que vous soyez à la maison ou en voyage, que vous vous couchiez ou que vous vous leviez. Lie-les à ta main comme un signe, mets-les sur ton front comme un signe. Écris-les sur les poteaux de ta maison et sur tes portes" (Dt 6, 4-9).

La Vierge Marie et la préparation des aliments

L'une des premières tâches à accomplir chaque jour, après la prière, était la préparation du pain, l'aliment de base de chaque journée. Pour ce faire, Marie, comme le faisaient les femmes, commençait par moudre le grain de blé ou d'orge pour en faire de la farine. On a retrouvé des moulins domestiques en pierre de l'époque de notre Seigneur qui étaient utilisés pour cette tâche.

La farine était ensuite mélangée à de l'eau et à un peu de sel pour former la pâte, à laquelle on ajoutait une pincée de levure - sauf pendant la fête de Pâques. La pâte levée était utilisée pour confectionner des gâteaux ou des petits pains très fins, qui étaient cuits au four ou enterrés dans des braises et consommés fraîchement cuits.

Le repas quotidien serait assez semblable à celui que nous connaissons aujourd'hui dans les régions méditerranéennes. Le pain était rompu à la main, sans utiliser de couteau, et était mangé seul ou avec de l'huile, accompagné de vin, de lait, de fruits et, si possible, d'un peu de viande ou de poisson. Le lait était généralement conservé dans des outres faites de peaux de chèvre cousues, et était bu directement dans celles-ci. Il était plus susceptible d'être aigre lorsqu'il était bu. Le lait était également utilisé pour fabriquer du beurre et du fromage, qui étaient des aliments de base là où il y avait du bétail, comme en Galilée.

Nazareth Vierge Marie
Nazareth, de notre Mère la Vierge Marie au début du 20ème siècle.

Un autre élément important du régime alimentaire de ces personnes était l'huile. Les olives conservées dans la saumure étaient également consommées. Ils emportaient même de l'huile en voyage, dans de petites bouteilles plates en argile dont la forme rappelle celle d'une gourde. Il était également courant de boire du vin, qui avait tendance à être fort, et était donc généralement bu avec de l'eau, et parfois mélangé à des épices ou sucré avec du miel.

Parmi les ragoûts les plus courants figuraient ceux à base de pois chiches ou de lentilles. Les légumes les plus populaires étaient les fèves, les petits pois, les poireaux, les oignons, l'ail et les concombres. La viande la plus couramment consommée était l'agneau ou la chèvre, et un peu de poulet. Les fruits les plus courants étaient les figues, les dattes, les pastèques et les grenades. Les oranges, si abondantes dans la région aujourd'hui, n'étaient pas encore connues dans la Galilée où vivait Sainte Marie.

Chaque jour, avant de manger, on récitait des prières pour donner aux Dieu merci pour la nourriture reçue de sa bonté. La bénédiction de la table était plus ou moins en ces termes : "Béni sois-tu, Seigneur, notre Dieu, Roi de l'Univers, qui nous a donné aujourd'hui de manger du pain, le fruit de la terre". Et la réponse a été : "Amen".

Les tâches quotidiennes de Maria

Pour répondre aux besoins du foyer, une tâche difficile à accomplir chaque jour était de transporter l'eau. La source de Nazareth se trouvait à une certaine distance, à un peu plus de quinze minutes de marche des maisons du village. Mary s'y rendait probablement chaque matin pour remplir sa cruche, et rentrait chez elle en la portant sur sa tête, comme c'est la coutume dans la région, pour continuer son travail. Et certains jours, elle peut être amenée à retourner à proximité à d'autres moments de la journée pour laver des vêtements.

Transport de l'eau et lavage du linge

Les vêtements que Marie devait laver étaient ceux portés par elle, Joseph et Jésus. Le vêtement habituel consistait en un sous-vêtement ou une tunique large et ample, généralement en lin. Elle tombait sur les genoux ou les mollets. Elle peut être sans manches ou avec des manches allant jusqu'à mi-bras. La tunique était fixée au corps par une sorte de gaine, faite d'une longue et large bande de lin, qui était enroulée plusieurs fois autour du corps, mais n'était pas toujours bien serrée. Dans certains de ces enroulements se formaient des plis, qui pouvaient être utilisés pour transporter de l'argent. Par-dessus la tunique était porté le vêtement extérieur, ou manteau, qui était de forme carrée ou arrondie et était généralement en laine.

La plupart des journées de Mary étaient, sans aucun doute, tout à fait normales. Elle consacrait de nombreuses heures aux tâches ménagères : préparation de la nourriture, nettoyage de la maison et des vêtements, et même tissage de la laine ou du lin et confection des vêtements nécessaires à sa famille.

Elle arrivait épuisée à la fin de la journée, mais avec la joie de celle qui sait que des tâches aussi simples en apparence ont une merveilleuse efficacité surnaturelle, et qu'en faisant bien son travail, elle accomplissait une tâche de première grandeur dans la Travail de rédemption.


Francisco Varo Pineda
Directeur de recherche à la faculté de théologie de l'université de Navarre.
Professeur d'Écriture sainte.