Fondation CARF

1 Mars, 23

Témoignages de vie

"Je me suis détourné du Seigneur, mais il ne s'est jamais détourné de moi".

"Ma priorité était le plaisir. J'avais de l'argent pour mes vices et la liberté de mouvement, mais il y avait quelque chose qui me laissait insatisfait et qui ne me laissait pas tranquille". Le 11 avril, jour de la Divine Miséricorde, il a décidé d'ouvrir son cœur à Jésus et de se convertir à lui. Il est maintenant novice des Serviteurs de la Maison de la Mère et se prépare à devenir prêtre tout en étudiant grâce à la Fondation CARF.

Un témoignage de conversion dans une enfance paisible au sein d'une famille chrétienne

Davide raconte son témoignage de conversion : il est né à Brescia, dans le nord de l'Italie, en 1999. Ses parents l'ont élevé dans la foi dès l'enfance et ont fréquenté des milieux catholiques. Il garde de bons souvenirs de son enfance : "la catéchèse, la messe du dimanche où j'aidais comme enfant de chœur et les nombreux matchs de football sur le terrain de la paroisse. Grâce à Dieu, je peux dire que j'ai eu une bonne enfance".

En 2013, sa mère a commencé à participer à des réunions hebdomadaires proposées par l'association de l'industrie de la santé. Servantes de la Maison de la Mère -qui était venu dans la paroisse en 2010 - et où il y avait de nombreux témoignages de conversion. De ces réunions le climat spirituel de la maison a commencé à se développer. La même année, la première rencontre avec les Servantes ouverte aux jeunes est organisée. C'était la première de nombreuses autres qui ont suivi au fil des ans.

L'amertume de se détourner de Dieu

À l'âge de quinze ans, il a commencé à s'éloigner de la vie de la grâce, ce qui l'a conduit à prendre des décisions peu judicieuses. En outre, l'immaturité typique de son âge n'a pas aidé. Entraîné par certains de ses camarades de classe, il se mit à haïr Dieu et Notre Mère : "... c'était un enfant de l'Esprit Saint".J'ai commencé à blasphémer et à ne pas aller à la messe le dimanche sans que mes parents le sachent".. Ses résultats scolaires ont commencé à chuter. "Je suis arrivé à la mi-mars avec 6 matières ratées sur 11. Je suis passé d'un garçon heureux et insouciant à une profonde tristesse et amertume, qui s'est facilement transformée en colère. Une colère que j'ai souvent déversée sur les personnes qui m'aimaient le plus : mes parents". Cependant, la proximité de ses parents a été décisive. Ils lui ont offert une opportunité qui allait influencer son avenir pour toujours.

Touché par la grâce : un témoignage de conversion

En 2015, ses parents l'ont invité à passer du temps à Las Presillas (Espagne) avec les Servantes de la Maison de la Mère. Il a accepté la proposition comme une meilleure alternative à l'obligation de passer l'été à étudier. "Je me suis retrouvé vivre dans une maison avec 7 personnes religieuses, J'étais dans un pays étranger, je ne connaissais pas la langue, je ne connaissais pas le mode de vie, je n'appréciais pas la nourriture, et dans mes temps de prière, je m'endormais ou je pensais aux mégères.

Soudainement, La grâce de Dieu a touché son cœur. Il a commencé à voir combien il était beau de vivre dans cette communauté, d'apprécier la messe quotidienne et les heures saintes, de prier le rosaire pour Notre Dame avec enthousiasme et amour, et de profiter de la joie de la vie communautaire. En revenant à la vie dans la grâce, "la paix, la sérénité et l'enthousiasme sont revenus dans mon cœur". Étymologiquement, enthousiasme signifie "vivre en Dieu". En m'ouvrant au Seigneur et à Notre Mère, j'ai commencé à me sentir de plus en plus attirée par cette façon de vivre. Le prix de ce que je devais abandonner semblait moins important que ce que j'acquérais.

Quatre mois plus tard, il rentre en Italie, convaincu d'avoir découvert ce qu'il voulait vraiment faire dans la vie. Mais son témoignage de conversion ne s'arrête pas là. "J'ai commis l'erreur de croire que je pouvais vivre comme le Seigneur le voulait, mais sans le Seigneur. Je n'ai pas compris ce que Jésus nous rappelle dans l'Évangile, à savoir que Sans Lui, nous ne pouvons rien faire. C'est ainsi que je me suis engagé sur un chemin qui m'a de nouveau éloigné de Dieu.

Ma priorité était le plaisir

Peu à peu, il abandonne la prière et se laisse absorber par les propositions du monde. À l'âge de 17 ans, il a commencé à fumer du haschisch et de la marijuana. L'effet de ces substances a libéré en lui la joie qu'il avait toujours voulu éprouver. Mais l'alcool n'est bientôt plus un moyen de s'amuser dans les fêtes, mais une nécessité. À l'âge de 18 ans, il pouvait boire dans les bars sans problème. "J'attendais le week-end avec impatience pour pouvoir m'amuser avec mes amis. Malgré tout, elle n'a jamais cessé d'assister aux réunions des Servantes de la Maison de la Mère. Même si elle ne voulait pas l'admettre, son âme aspirait à se reposer dans le Seigneur.

Avec ce mode de vie, "ma priorité était le plaisir". Les études sont reléguées au second plan. Il échoue à nouveau et ses parents prennent les choses en main. Il a été envoyé travailler pendant la majeure partie de l'été dans une usine. en tant qu'ouvrier, espérant que cette expérience l'aiderait à mûrir. En septembre, il est retourné à l'école et a finalement obtenu son diplôme le 17 juin 2020. Le 6 juillet, il travaillait déjà. "J'aimais le travail et il y avait une bonne ambiance entre mes collègues. J'avais tout ce que je voulais depuis des années : de l'argent pour mes vices et la liberté de mouvement et d'horaires. Cependant, il y avait quelque chose qui me laissait insatisfaite. J'avais constamment l'impression qu'il manquait quelque chose, et cette pensée devenait de plus en plus agaçante. Elle ne me laissait pas tranquille.

L'aide de la Miséricorde Divine

Le 11 avril 2021, jour de la Divine Miséricorde, fatiguée de cette situation intérieure qui traînait depuis des mois, "j'ai pris la décision la plus importante de ma vie : ouvrir mon cœur à Jésus. C'est ainsi que j'ai commencé un voyage de discernement avec un prêtre Je le savais depuis des années. Ma priorité a alors été de reprendre contact avec Dieu et Notre Mère : j'ai repris la messe quotidienne, la prière personnelle - en particulier le chapelet - et la lecture de livres susceptibles de m'aider à grandir spirituellement.

"Cependant, le texte qui m'a le plus aidé est le suivant Le traité de la vraie dévotion à Marie par Saint Louis Marie Grignion de Monfort. La vie et la vocation de Sœur Clare Crocket, des Serviteurs, ainsi que les vidéos sur la vocation et la jeunesse diffusées sur notre télévision ont également eu une grande influence sur ma conversion. HM TVde la Fondation EUK Mamie. Ce changement m'a permis de décrire ce que Dieu voulait pour ma vie : être Servante de la maison de la mère".

Le 2 octobre 2021, à l'âge de vingt et un ans, Davide est entré chez les Serviteurs comme postulant.

Une vie sans Dieu est une vie qui ne vaut pas la peine d'être vécue.

"Maintenant, chaque jour, je ressens une joie incommensurable et une exultation dans l'Esprit. Il m'est presque impossible de trouver les mots justes. C'est mon témoignage de conversion. Ce n'est pas un chemin facile, mais c'est un chemin heureux, comme dirait saint Paul VI. Je ne peux que conseiller à chacun de ne jamais laisser Dieu en dehors de ses projets. C'est seulement en Lui qu'il y a la joie et l'espoir. Une vie sans Dieu ne vaut pas la peine d'être vécue".

Gerardo Ferrara
Diplômé en histoire et en sciences politiques, spécialisé dans le Moyen-Orient.
Responsable des étudiants de l'Université pontificale de la Sainte-Croix à Rome.

Partager le sourire de Dieu sur terre.

Nous attribuons votre don à un prêtre, séminariste ou religieux diocésain spécifique afin que vous puissiez connaître son histoire et prier pour lui par son nom et son prénom.
FAITES UN DON MAINTENANT
FAITES UN DON MAINTENANT