Fondation CARF

22 février, 23

Blog

Carême : ce que c'est et ce que cela signifie, définition et prières

L'Église propose à tous les chrétiens de suivre l'exemple du Christ dans sa retraite au désert. En ce temps de Carême, nous nous préparons à la célébration des solennités de Pâques, avec la purification du cœur et une attitude pénitentielle.

"Chaque année, pendant les quarante jours du Grand Carême, l'Église s'unit au Mystère de Jésus au désert", Catéchisme de l'Église catholique, 540.

Qu'est-ce que le Carême ?

La signification du Carême vient du latin "quadragesima", période liturgique de quarante jours réservée à la préparation de Pâques. Quarante jours en allusion aux 40 ans que le peuple d'Israël a passé dans le désert avec Moïse et le 40 jours Jésus a passé dans le désert avant de commencer sa vie publique.

Il s'agit d'un temps de préparation et de conversion pour participer au moment culminant de notre liturgie, avec toute l'Église catholique, que nous entamons mercredi avec beaucoup d'enthousiasme.

Dans le Catéchisme, l'Église propose de suivre le l'exemple du Christ dans sa retraite au désert, en préparation des solennités de Pâques. C'est un moment particulièrement approprié pour exercices spirituelsle site liturgies pénitenciers, les Pèlerinages en signe de pénitence, les privations volontaires telles que le Jeûne et le aumôneet la communication chrétienne des biens au moyen de œuvres caritatives et missionnaires.

Cet effort de conversion est le mouvement du cœur contrit, attiré et poussé par la grâce à répondre à l'amour miséricordieux de Dieu qui nous a aimés le premier.

"Nous ne pouvons pas considérer ce Carême comme une saison de plus, une répétition cyclique de la saison liturgique. Ce moment est unique, c'est une aide divine à accueillir. Jésus passe à nos côtés et attend de nous - aujourd'hui, maintenant - un grand changement". C'est le Christ qui passe, n° 59.

Quand le Carême commence-t-il ?

L'imposition des cendres sur le front des fidèles, Mercredi des Cendres, est le début de ce voyage. Il constitue un invitation à la conversion et à la pénitence. C'est une invitation à traverser la saison du Carême comme une immersion plus consciente et plus intense dans le mystère pascal de Jésus, dans sa mort et sa résurrection, par la participation à l'Eucharistie et à la vie de charité.

Le temps de Le Carême se termine le jeudi saintavant la messe in coena Domini (la Cène), qui commence le Triduum de Pâques, Vendredi Saint et Samedi de Gloire.

Pendant ces jours, nous regardons à l'intérieur de nous-mêmes et nous assimilons le mystère du Seigneur être tentés dans le désert par Satan et son ascension à Jérusalem pour son La passion, la mort, Résurrection et ascension au ciel.

Nous nous rappelons que nous devons nous convertir et croire en l'Évangile et que nous sommes des poussières, des hommes pécheurs, des créatures et non Dieu.

"Quelle meilleure façon de commencer le Carême ? Nous renouvelons la foi, l'espérance, la charité. C'est là la source de l'esprit de pénitence, du désir de purification. Le Carême n'est pas seulement une occasion d'intensifier nos pratiques extérieures de mortification : si nous pensions qu'il ne s'agit que de cela, nous passerions à côté de sa signification profonde dans la vie chrétienne, car ces actes extérieurs sont - je le répète - le fruit de la foi, de l'espérance et de l'amour". Le Christ passe par là, n° 57.

Comment vivre le Carême ?

Le Carême peut être vécu à travers le le sacrement de la confession, la prière et les attitudes positives.

Catholiques nous nous préparons à les événements clés de Pâques à travers les piliers de la la prière, le jeûne et l'aumône. Ils nous guident dans notre réflexion quotidienne sur notre propre vie tout en nous nous efforçons d'approfondir notre relation avec Dieu et les uns avec les autresquel que soit l'endroit du monde où vit votre voisin. Le Carême est un temps de croissance personnelle et spirituelle, un temps pour regarder vers l'extérieur et vers l'intérieur. C'est un temps de miséricorde.

Repentir et confession

En tant que temps de pénitence, le Carême est un temps de pénitence c'est un bon moment pour aller se confesser. Ce n'est pas obligatoire, et il n'y a aucun mandat de l'Église pour le faire, mais cela correspond très bien aux paroles de l'Évangile que le prêtre répète le mercredi des Cendres.Rappelez-vous que vous êtes poussière et que vous retournerez à la poussière." o "Se convertir et croire à l'Évangile".

Dans ces paroles sacrées, il y a un élément commun : la conversion. Et celui-ci n'est possible que par la repentance et le changement de vie.. Par conséquent, la confession pendant le Carême est un moyen pratique de demander le pardon de Dieu pour nos péchés et repartir à zéro. La manière idéale de commencer cet exercice d'introspection est de procéder à une examen de conscience.

Pénitence

Pénitence, traduction latine du mot grec ".métanoïa". qui, dans la Bible, signifie le la conversion du pécheur. Désigne un un ensemble d'actes intérieurs et extérieurs visant à réparer le péché commiset l'état de choses qui en résulte pour le pécheur. Littéralement changement de vie, il se dit de l'acte du pécheur qui revient à Dieu après s'être éloigné de Lui, ou de l'incroyant qui vient à la foi.

Conversion

Devenir est se réconcilier avec DieuSe détourner du mal, établir une amitié avec le Créateur. Une fois dans la grâce, après la confession et ce qu'elle implique, nous devons entreprendre de changer de l'intérieur tout ce qui déplaît à Dieu.

Afin de réaliser le désir de conversion, on peut faire ce qui suit travaux de conversioncomme, par exemple : La fréquentation des sacrementssurmonter les divisions, pardonner et grandir dans un esprit fraternel ; pratiquer le Œuvres de miséricorde.

Jeûne et abstinence

L'Église invite ses fidèles à l'observation du précepte du jeûne et de l'abstinence de la chair, compendium du Catéchisme 432.

Le site Jeûne consiste en un repas par jour, bien qu'il soit possible de manger un peu moins que d'habitude le matin et le soir. Sauf en cas de maladie. Tous les adultes sont invités à jeûner jusqu'à l'âge de cinquante-neuf ans. Tant le mercredi des cendres que le vendredi saint.

Il s'appelle abstinence de s'abstenir de viande les vendredis du Carême. L'abstinence peut commencer dès l'âge de quatorze ans.

Il faut veiller à ne pas vivre le jeûne ou l'abstinence comme un minimum, mais comme un moyen concret par lequel notre Sainte Mère l'Église nous aide à grandir dans un véritable esprit de pénitence et de joie.

Message du Saint-Père pour le Carême 2023

"Chers frères et sœurs :

Les évangiles de Matthieu, Marc et Luc sont d'accord pour relater l'épisode de la Transfiguration de Jésus. Dans cet événement, nous voyons la réponse que le Seigneur donne à ses disciples lorsque ceux-ci font preuve d'incompréhension à son égard. En effet, peu de temps auparavant, il y avait eu une véritable confrontation entre le Maître et Simon Pierre qui, après avoir professé sa foi en Jésus comme le Christ, le Fils de Dieu, rejetait son annonce de la passion et de la croix. Jésus l'a réprimandé avec force : "Retire-toi derrière moi, Satan, tu es pour moi une pierre d'achoppement, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais les pensées des hommes" (Matthieu 22:19).Mt 16,23). Et "six jours après, Jésus prit Pierre, Jacques et son frère Jean, et les conduisit à l'écart sur une haute montagne" (Mt 17,1).

L'Évangile de la Transfiguration est proclamé chaque année le deuxième dimanche du Carême. En effet, au cours de ce temps liturgique, le Seigneur nous prend à lui et nous emmène dans un lieu à part. Même si nos engagements quotidiens nous obligent à rester là où nous sommes habituellement, à vivre un quotidien souvent répétitif et parfois ennuyeux, en Le Carême nous invite à "gravir une haute montagne" avec Jésus, à vivre avec le peuple saint de Dieu une expérience particulière de ascétisme.

L'ascèse de carême est un engagement, toujours animé par la grâce, à surmonter notre manque de foi et notre résistance à suivre Jésus sur le chemin de la croix. C'est précisément ce dont Pierre et les autres disciples avaient besoin. Pour approfondir notre connaissance du Maître, pour comprendre et accepter pleinement le mystère du salut divin, réalisé dans le don total de soi par amour, nous devons nous laisser conduire par Lui dans un lieu désert et élevé, en nous éloignant de la médiocrité et de la vanité. Il est nécessaire de se mettre en route, un voyage en montée, qui exige effort, sacrifice et concentration, comme une randonnée en montagne. Ces exigences sont également importantes pour le voyage synodal dans lequel nous nous sommes engagés, en tant qu'Église. Cela nous fera du bien de réfléchir à cette relation entre l'ascèse de Carême et l'expérience synodale.

Carême, marcher avec ceux que le Seigneur a placés à nos côtés

Lors de la "retraite" sur le Mont Thabor, Jésus a pris avec lui trois disciples, choisis pour être les témoins d'un événement unique. Il voulait que cette expérience de la grâce ne soit pas solitaire, mais partagée, comme l'est, après tout, toute notre vie de foi. Nous devons suivre Jésus ensemble. Et ensemble, comme une Église pèlerine dans le temps, nous vivons l'année liturgique et, en elle, le Carême, en marchant avec ceux que le Seigneur a placés à nos côtés comme compagnons de route. Par analogie à la montée de Jésus et de ses disciples sur le mont Thabor, nous pouvons affirmer que notre voyage de Carême est "synodal", car nous marchons ensemble sur le même chemin, disciples de l'unique Maître. Nous savons, en effet, que Lui-même est le chemin Ainsi, tant dans le parcours liturgique que dans celui du Synode, l'Église ne fait rien d'autre qu'entrer toujours plus pleinement et profondément dans le mystère du Christ Sauveur.

Et nous arrivons au point culminant. L'Évangile dit que Jésus "fut transfiguré devant eux : son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière" (Mt 17,2). Voici le "sommet", le but du voyage. Au terme de l'ascension, alors qu'ils se trouvaient au sommet de la montagne avec Jésus, les trois disciples ont eu la grâce de le voir dans sa gloire, brillant d'une lumière surnaturelle. Une lumière qui ne venait pas de l'extérieur, mais qui rayonnait de Lui-même. La beauté divine de cette vision était incomparablement plus grande que tout effort que les disciples auraient pu faire pour gravir le Thabor. Comme dans toute randonnée exigeante en montagne, il est nécessaire, au fur et à mesure de l'ascension, de garder les yeux fixés sur le chemin ; mais le merveilleux panorama qui se révèle à la fin est étonnant et en vaut la peine. De même, le processus synodal semble souvent être un voyage ardu, ce qui peut parfois nous décourager. Mais ce qui nous attend à la fin est sans aucun doute quelque chose de merveilleux et de surprenant, qui nous aidera à mieux comprendre la volonté de Dieu et notre mission au service de son Royaume.

L'expérience des disciples sur le mont Thabor s'est encore enrichie lorsque, à côté de Jésus transfiguré, sont apparus Moïse et Élie, qui personnifient respectivement la Loi et les Prophètes (cf. Mt 17,3). La nouveauté du Christ est l'accomplissement de l'Ancienne Alliance et des promesses ; elle est inséparable de l'histoire de Dieu avec son peuple et en révèle le sens profond. De même, le parcours synodal est enraciné dans la tradition de l'Église et, en même temps, ouvert à la nouveauté. La tradition est une source d'inspiration pour chercher de nouvelles voies, en évitant les tentations opposées de l'immobilisme et de l'expérimentation improvisée.

Transformation personnelle et à l'échelle de l'Église

Le parcours ascétique du Carême, comme le parcours synodal, a pour but une transfiguration personnelle et ecclésiale. Une transformation qui, dans les deux cas, trouve son modèle dans celui de Jésus et s'opère par la grâce de son mystère pascal. Pour que cette transfiguration se réalise en nous cette année, je voudrais proposer deux "chemins" à suivre pour monter avec Jésus et atteindre le but avec Lui.

Le premier fait référence à l'impératif que Dieu le Père a adressé aux disciples sur le Thabor, alors qu'ils contemplaient Jésus transfiguré. La voix qui se faisait entendre de la nuée disait : "Écoutez-le" (Mt 17,5). La première indication est donc très claire : écoutez Jésus. Le Carême est un temps de grâce dans la mesure où nous écoutons Celui qui nous parle. Et comment nous parle-t-il ? Tout d'abord, dans la Parole de Dieu, que l'Église nous offre dans la liturgie. Ne la laissons pas tomber dans l'oreille d'un sourd. Si nous ne pouvons pas toujours participer à la messe, méditons sur les lectures bibliques quotidiennes, même avec l'aide d'Internet. En plus de nous parler dans les Écritures, le Seigneur nous parle à travers nos frères et sœurs, en particulier dans les visages et les histoires de ceux qui ont besoin d'aide. Mais je voudrais aussi ajouter un autre aspect, très important dans le processus synodal : l'écoute du Christ implique aussi l'écoute de nos frères et sœurs dans l'Église ; cette écoute mutuelle qui, dans certaines phases, est l'objectif principal, et qui, de toute façon, est toujours indispensable dans la méthode et le style d'une Église synodale.

Lorsqu'ils entendirent la voix du Père, "les disciples tombèrent à terre, la face contre terre, remplis de crainte. Jésus s'approcha d'eux et, les touchant, leur dit : 'Levez-vous, n'ayez pas peur'. Quand ils levèrent les yeux, ils ne virent personne d'autre que Jésus seul" (Mt 17,6-8). Voilà la deuxième indication pour ce Carême : ne pas se réfugier dans une religiosité faite d'événements extraordinaires, d'expériences suggestives, par peur d'affronter la réalité avec ses luttes quotidiennes, ses difficultés et ses contradictions. La lumière que Jésus montre aux disciples est un avant-goût de la gloire pascale et nous devons aller vers elle, en suivant "Lui seul". Le Carême est orienté vers Pâques. La "retraite" n'est pas une fin en soi, mais nous prépare à vivre la passion et la croix dans la foi, l'espérance et l'amour, afin d'atteindre la résurrection. De la même manière, le parcours synodal ne doit pas nous bercer de l'illusion que nous sommes arrivés lorsque Dieu nous accorde la grâce de quelques expériences fortes de communion. Là aussi, le Seigneur nous répète : "Lève-toi, n'aie pas peur". Descendons dans la plaine et que la grâce que nous avons expérimentée nous soutienne pour être des artisans de la synodalité dans la vie ordinaire de nos communautés.

Chers frères et sœurs, qui le Saint-Esprit pour nous encourager pendant cette période de carême dans notre ascension avec Jésus, afin que nous puissions faire l'expérience de son rayonnement divin et que, fortifiés dans la foi, nous puissions avancer ensemble sur le chemin avec lui, la gloire de son peuple et la lumière des nations". Pape François, 2023.

Prières pour le Carême

La prière avec un cœur ouvert est la meilleure préparation pour Pâques. Nous pouvons lire et réfléchir à l'Évangile, nous pouvons prier la Via Crusis. Nous pouvons nous tourner vers le Catéchisme de l'Église catholique et suivre les célébrations liturgiques avec le Missel romain. L'important est que nous rencontrions l'amour inconditionnel qu'est le Christ.

Seigneur Jésus, avec votre Croix et

Résurrection tu nous as fait

gratuit. Pendant ce Carême,

conduis-nous par ton Saint-Esprit à

vivre plus fidèlement dans la liberté

Chrétien. Par la prière,

l'augmentation de la charité et le

disciplines de ce temps

Saint, rapproche-nous de Toi.

Purifier mes intentions

cœur afin que tous mes

Les pratiques de carême sont les suivantes

votre louange et votre gloire. Accorder que

par nos paroles et nos actions,

nous pouvons être des messagers fidèles

du message de l'Évangile à un

monde qui a besoin de la

l'espoir de votre miséricorde.

Amen.

Bibliographie :

  • Opusdei.org.
  • Catéchisme de l'Église catholique.
  • Catholic.net.
  • Aciprensa.

Partager le sourire de Dieu sur terre.

Nous attribuons votre don à un prêtre, séminariste ou religieux diocésain spécifique afin que vous puissiez connaître son histoire et prier pour lui par son nom et son prénom.
FAITES UN DON MAINTENANT
FAITES UN DON MAINTENANT