Fondation CARF

6 février, 24

Témoignages de vie

prêtre

"L'histoire nous montre que Dieu ne laisse jamais son peuple seul".

Don Luis Enrique Ortiz, originaire du Guatemala, est prêtre depuis 25 ans. Il ne cesse de rendre grâce pour une vocation qu'il a commencé à ressentir dès l'enfance et qui s'est renforcée à l'université. "Vous feriez un bon prêtre était une phrase qu'il entendait souvent.

Ce prêtre guatémaltèque est actuellement le curé de la paroisse El Señor de Esquipulas, ainsi que le vicaire épiscopal de l'Église catholique. Vicariat sud-est de Notre-Dame de Guadalupe dans l'archidiocèse de Santiago du Guatemala. Entre 2005 et 2007, son évêque l'a envoyé à Rome pour étudier l'histoire de l'Église à l'Université de Rome. Université pontificale de la Sainte-Croix Cela l'a aidé à mieux comprendre sa foi et à mieux la transmettre aux milliers de fidèles pendant ces années. Pendant son séjour à Rome, il a vécu au Collège sacerdotal de Tibérino, des années où il a pu s'imprégner et se nourrir de l'universalité de l'Église. 

La semence de la foi

Dans son enfance, don Luis Enrique Ortiz a reçu la semence de la foi à la maison, dans une salle de classe. famille remplie de l'amour de Dieu. Elle a appris très tôt que chaque bénédiction était un don de Dieu. Même dans les épreuves familiales, la réticence n'a jamais été une option. Elle se disait toujours : "Dieu est bon".

Parmi ses souvenirs les plus marquants, il y a sa première communion, le sacrement qui a changé sa vie. Dès qu'elle apprend son inscription à la catéchèse préparatoire, le désir de recevoir Jésus dans le Saint Sacrement devient son phare. Le jour venu, elle a ressenti quelque chose d'incomparable. Elle se souvient alors de la phrase de sa famille : "Dieu est bon".

L'appel silencieux à la prêtrise

L'appel au prêtrise n'a pas retenti comme un coup de tonnerre, mais comme un doux murmure qui s'est intensifié au fil des années. L'influence de la famille a été le premier écho, où l'amour de Dieu était vécu au quotidien. À l'université, la graine a encore germé lors d'un travail bénévole dans les régions marginales du Guatemala. Partout où il allait, les gens lui disaient : "Vous feriez un grand prêtre"Cette déclaration a laissé le jeune Luis Enrique perplexe. 

Il était étonné chaque fois qu'il l'entendait, car c'était une idée très intime dont il n'avait parlé à personne. Cependant, il a vite compris que c'était Dieu, en utilisant les voix de ceux qui l'entouraient, qui l'appelait à servir dans sa moisson. La vie sacramentelle et le fait de ressentir tout l'amour de Dieu l'ont amené à faire le pas définitif. Sans regret, il affirme que Dieu a été bon, qu'il l'a surpris alors que lui-même pensait ne pas le mériter.

prêtre luis enrique 2

Chapitre romain : étude dans la ville éternelle

Entre 2005 et 2007, il a été chargé par son évêque de se rendre à Rome pour compléter sa formation sacerdotale en étudiant l'histoire de l'Église à l'Université pontificale de la Sainte-Croix. Ce chapitre de sa vie dans la ville éternelle est devenu un don de Dieu pour son ministère. Il a résidé au Collège des prêtres de Tibériade, s'est imprégné de l'universalité de l'Église et a exploré les profondeurs de sa foi.

L'Université de la Sainte-Croix ne lui a pas seulement donné des connaissances historiques, mais lui a ouvert les yeux sur l'œuvre divine à travers l'histoire de l'humanité. L'histoire de l'Église est devenue un témoignage palpable de la main de Dieu. Il a découvert comment les écrits de nombreux saints et pontifes, qui ont reçu le titre de docteurs de l'Église, ont encore du poids aujourd'hui. Cette sagesse, émanant de Dieu par l'intermédiaire de l'Esprit Saint, est latente et très fraîche. 

"Mon séjour à Rome m'a beaucoup aidé en tant que prêtre, car j'ai reçu des outils pour pouvoir enseigner aux laïcs que notre foi n'est pas une fantaisie, mais qu'elle repose sur des fondements solides qui impliquent le croyant dans l'étude de Dieu. Et tant sur le plan spirituel que personnel, cela donne un sens à notre service, car l'histoire nous montre que Dieu n'a jamais laissé son peuple seul, mais qu'il se rend toujours présent, et encore plus dans nos vies, en étant un autre. Alter Christus"..
Luis Enrique Ortiz, prêtre guatémaltèque.

Les défis d'un prêtre

Les presque 25 ans de vie sacerdotale de Luis Enrique Ortiz l'ont conduit sur d'innombrables chemins. Parmi les expériences les plus profondes qu'il a vécues en tant que prêtre, il souligne les visites aux malades comme des moments où la miséricorde de Dieu se matérialise. Ces rencontres ne sont pas seulement des actes de service, mais des occasions de toucher la divinité dans la fragilité humaine.

Face aux défis et aux dangers auxquels les prêtres sont confrontés dans la société actuelle, le père Ortiz souligne la nécessité d'une préparation à la fois académique et spirituelle. Dans un monde en constante évolution, où la foi est confrontée à des défis, le prêtre doit être un phare qui illumine le message fondamental : l'amour de Dieu.

Conclusion : un héritage de foi en mouvement

L'histoire du père Luis Enrique Ortiz est un récit vivant de foi, de vocation et de service. Son parcours pastoral dans l'archidiocèse de Santiago du Guatemala n'est pas seulement un témoignage personnel, mais une source d'inspiration pour ceux qui cherchent la lumière dans les ténèbres. Sa vie, tissée de fils divins et humains, continue d'écrire un héritage d'amour, de service et de dévouement dans le cheminement de l'Église.

Partager le sourire de Dieu sur terre.

Nous attribuons votre don à un prêtre, séminariste ou religieux diocésain spécifique afin que vous puissiez connaître son histoire et prier pour lui par son nom et son prénom.
FAITES UN DON MAINTENANT
FAITES UN DON MAINTENANT